Les parasomnies, vous connaissez?

Vous faites des cauchemars? De l’insomnie? Vous avez l’impression de tomber au moment de vous endormir? Ou vous grincez des dents la nuit? Tous ces symptômes appartiennent à une même catégorie de troubles: les parasomnies ou troubles du sommeil.

Toutes catégories confondues, les parasomnies touchent environ 4% des adultes et 17 % des enfants.1 Il existe plusieurs parasomnies avec divers niveaux de gravité, mais elles ont une chose en commun: la plupart des personnes endormies ne sont pas conscientes de leurs actes. (Les somnambules sont un exemple de parasomnie inconsciente connu de tous.) Les parasomnies surviennent durant le sommeil, mais plus fréquemment au moment où on commence à s’endormir ou à se réveiller. Elles durent en général 30 minutes environ.

Voici une liste sommaire des parasomnies les plus importantes:

Saviez-vous que la plupart des parasomnies surviennent durant la phase REM (de l’anglais pour Rapid Eye Movement) de notre sommeil, soit quand notre cerveau est actif et notre corps relaxé? Durant une nuit standard de 8 heures de sommeil, nous passons en phase REM 4 à 5 fois par nuit, soit jusqu’à 25% de notre temps de sommeil.

Causes et facteurs de risque

Les parasomnies ont différentes causes et facteurs de risque allant d’anodins à plus sérieux. Elles sont souvent dues à:

Certaines parasomnies sont même considérées comme un signe avant-coureur de certaines maladies dégénératives comme la maladie de Parkinson.

Quand devez-vous consulter?

Sans s’inquiéter outre mesure, il est préférable de consulter quand une parasomnie se manifeste trop régulièrement, surtout chez l’adulte. Un médecin ou un psychologue peuvent être appelés en renfort. On peut aussi s’adresser à un dentiste qui connaît bien ces troubles, puisque le ronflement, l’apnée et le bruxisme ont souvent une cause ou un impact dentaire. Un professionnel du sommeil pourra poser un diagnostic, évaluer votre santé buccodentaire et vous conseiller, par exemple, l’utilisation d’un appareil buccal sur mesure pour réduire le trouble et ses effets secondaires.

Quand la parasomnie vous parle, mieux vaut l’écouter… et agir!

1 Physiopathologie du somnambulisme, Université de Montréal [En ligne] https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/21157 (page consultée le 5 novembre 2020).

2 Prévalence de l’insomnie chez les Canadiens âgés de 6 à 79 ans, Statistiques Canada [En ligne] https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/82-003-x/2018012/article/00002-fra.htm (page consultée le 5 novembre 2020).

 

« Retour au blogue
?>